1 | 2 | 3 | 4

Du 24 au 29 septembre 2020 s’est tenue une session de formation des directeurs d’écoles fondamentale, des conseillers pédagogiques et des enseignants de l’Enseignement Catholique du Mali dans les locaux du Centre de Formation de Niamana à Bamako. Cette formation était la deuxième du genre au titre de l’année 2020 et concernait les diocèses de San, Mopti et Ségou, étant entendu que les trois autres diocèses (Kayes, Bamako, Sikasso) avaient été les bénéficiaires de la première session. Les travaux se sont déroulés autour de deux thèmes principaux à savoir: - L’éducation à la paix dans le milieu scolaire en lien avec la gestion non violente des conflits, animé par le Docteur Moctar SIDIBE.

La méthodologie d’enseignement de la lecture par la méthode syllabique en classes de première année et deuxième année de l’enseignement fondamental, dirigé par monsieur Issaga SAGARA, expert en éducation dans la stratégie accélérée de formation.

Le Directeur National de l’Enseignement Catholique, Monsieur Koundia Joseph GUINDO, dans son mot d’ouverture, a situé aux participants (au nombre de 48) le contexte de la présente rencontre qui, selon lui, est « le début d’un processus de formations que la Direction Nationale de l’Enseignement Catholique a initié pour des enseignants de l’enseignement catholique en vue de garantir une éducation de qualité aux apprenants », grâce à l’appui financier de la Conférence Episcopale Italienne (CEI).

Le thème « Education à la paix… en lien avec la gestion non violente des conflits» est d’actualité d’autant plus que nous voyons et vivons au quotidien, la violence, la haine de l’autre et l’indifférence dans nos villes et nos campagnes, dans nos écoles. « Nous vivons tous dans l’insécurité totale », fait remarquer monsieur GUINDO Joseph, qui poursuit en ces termes : « Le Mali a tant besoin de la paix. Les maliens ont besoin d’un vivre ensemble dans la sécurité », et en attirant l’attention sur Nelson Mandela qui déclare « Personne n’est né avec la haine pour l’autre du fait de la couleur de sa peau, ou de son origine, ou de sa religion. Les gens doivent avoir appris à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, ils peuvent apprendre à aimer car l’amour jaillit plus naturellement du cœur humain que son opposé.»

Au terme des six jours de formation, les participants ont eu à partager leurs expériences, à approfondir leur connaissance et leur savoir faire. Ce qui leur fera dire monsieur GUINDO que : « Vous avez désormais des éléments nécessaires qui vous permettront de mieux donner une formation de base de qualité aux apprenants des écoles catholiques du Mali ». Ces participants ont pris l’engagement, dès leur retour au bercail, de faire la restitution de la formation à leurs collègues n ‘ayant pas eu la chance de bénéficier de cette formation. Un engagement tant apprécié par le Directeur National de l’Enseignement Catholique qui renchérit citant Saint Matthieu 5,14-15 : « Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ; et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. » tout en espérant voir chez chacun d’entre eux un changement de comportement à travers les acquis de cette formation. Il a, au nom de Monseigneur Augustin Traoré, Président de la Commission Enseignement de la Conférence Episcopale du Mali (CEM), Evêque de Ségou et en son nom propre, a remercié les uns et les autres pour leur assiduité au travail, leur écoute attentive et leur participation active. Il a aussi dit merci aux différents formateurs pour leur disponibilité et la qualité de leur prestation ; aux Pères Evêques qui ne ménagent aucun effort pour la réussite de la mission dans le champ de l’école ; et à la Conférence Episcopale d’Italie qui a financé ce projet de formation sur trois ans. Il faut noter enfin que les travaux de chaque journée commençaient par une prière et s’achevaient par une célébration eucharistique.

 

Propos recueillis par l’Abbé Fernand COULIBALY