Homelie du Père Yves Pauwels lors de la fete de ses 50 ans de sacerdoce à Badiangara

HOMÉLIE DU PÈRE YVES PAUWELS

                   L’homélie a été dite par le Père Yves lui-même selon les six questions que le Père Pascal KAPILIMBA (curé de Bandiagara) lui posait.

 1ère question du Père Pascal KAPILIMBA : Père Yves, comment avez-vous pensé à devenir Missionnaire Père Blanc ?

 Réponse du Père Yves : Les raisons qui m’ont motivé à être Missionnaire Père Blanc sont nombreuses. J’en citerai quatre.

  1. Mes parents sont croyants. Et notre famille est très chrétienne. Nous faisons, tous les jours, les prières en famille : prière du soir, chapelet, etc.
  2. J’ai dans la famille deux frères qui sont Pères Blancs qui servent en Afrique.
  3. Au Collège, les Pères m’ont beaucoup marqué.
  4. Dans le mouvement scout, la vie équipe m’a beaucoup fasciné.

Voilà en gros les raisons qui m’ont poussé à penser à être Père Missionnaire.

 2ème question du Père Pascal KAPILIMBA : Père Yves, comment avez-vous pu choisir le Mali ?

 Réponse du Père Yves : Au séminaire, les formateurs nous demandaient les pays africains dans lesquels chacun de nous voulait aller en mission. C’est ainsi que j’ai choisi l’Afrique de l’Ouest et plus précisément le Burkina Faso ou le Mali.

 3ème  question du Père Pascal KAPILIMBA : Où avez-vous été durant ces 50 ans et qu’avez-vous fait ?

 Réponse du Père Yves :

  1. Mes lieux de ministère : J’ai passé ces 50 ans en cinq lieux : Pel, Belgique, Mopti, Bandiagara et Bamako. Après être ordonné en 1962, je fus nommé à Pel. J’y arrive en 1963. En 1969, je suis reparti en Belgique pour raison de santé. Après ma santé retrouvée, je suis revenu à Pel en 1973, où je restai jusqu’en 1976. J’ai quitté Pel en 1976 pour Mopti. De Mopti, je suis venu à Bandiagara en 1979. Je fis dix ans à Bandiagara (1979-1989). En fin 1989, je revins à Pel, où je fis aussi dix ans (1989-2000). De fin 2000 à fin 2004, j’étais en Belgique. A mon retour de Belgique, je fus à Bandiagara de fin 2004 à fin 2007. De fin 2007 à fin 2011, je fus à Bamako dans la paroisse de Korofina. De fin 2011 à fin 2012, je fus à Bandiagara. Pour l’Année pastorale 2012-2013, je nommé à Ouagadougou au Burkina.
  2. Ce que j’ai fait : Dans ces diverses paroisses, je fus comme vicaire ou comme curé.
  3. Mes activités : pour moi, l’évangile, c’est libérer l’homme, le rendre heureux. La libération de l’homme n’est pas complète s’il lui manque le nécessaire pour vivre. Cela, je l’ai vu sur le terrain dans les diverses paroisses de mon ministère : manque d’eau, l’inexistence d’école et de centre de santé dans la plupart des villages, enclavement des zones, etc. Et là, pour montrer ma foi dans l’annonce et l’application de l’évangile, j’ai fait mienne les  paroles de Saint Jacques que voici : « […….] Si la foi ne produit pas les œuvres, elle meurt dans son coin »  […….] « Montre-moi donc cette foi sans les œuvres, et je te ferai voir ma foi à partir des œuvres » Jc 2, 17-18.
  • A Pel (paroisse) : Pour palier au problème du manque d’eau, j’ai initié et réalisé le projet puits à grand diamètre. Pour lutter contre l’analphabétisme, les centres d’alphabétisation ont été créés qui sont devenus aujourd’hui des écoles. J’ai soutenu et dirigé l’internat pour le bien être des élèves. Les dispensaires ont été créés pour la santé et l’accouchement des femmes.
  • A Bandiagara (paroisse) : j’ai réalisé les barrages de retenue d’eau (projets hydrauliques). J’ai soutenu, dirigé et développé l’A.P.H.

 

4ème  question du Père Pascal KAPILIMBA : Je vous pose la question que Jésus posa à ses disciples : Et pour vous, qui suis-je ? (Père Yves, qui est Jésus pour vous ?)

 Réponse du Père Yves :

  1. Jésus est le Seigneur de ma vie
  2. Il m’apprend à vivre, à louer Dieu et à l’aimer, et aussi, à aimer mon prochain.
  3. Jésus est Celui qui me permet de montrer ma foi agissante dans l’annonce et l’application de l’évangile.
  4. Jésus, c’est l’Ami.
  5. Jésus, c’est l’hôte intérieur : parfois très proche, parfois très loin.
  6. Il est Celui qui est fidèle, Celui qui ne m’abandonne jamais.
  7. Je le verrai face à face dans son Royaume ainsi que tous ceux que j’ai aimé.

 

5ème  question du Père Pascal KAPILIMBA : Que vous ont-ils apporté, ces Dogon parmi lesquels vous avez vécu ?

 Réponse du Père Yves :

Oui, j’ai beaucoup donné, j’ai beaucoup reçu. Quand on vit dans une autre culture, on l’assimile quelque peu.

  1. La joie de vivre : malgré les grosses difficultés, j’ai pu trouver la joie de vivre. Les difficultés, je les ai relativisées.
  2. Le courage des femmes : « Femme Africaine, ô ma sœur, tu m’humanises, tu m’apprends à aimer la vie dans sa simplicité et sa profondeur telle que tu la vis ». Cf PAUWELS Yves, Recueil de poèmes, Edition revue et augmentée, ImprimServices-Bamako (Mali), mars 2012, p. 52.
  3. La gentillesse des enfants et des jeunes :
  4. L’amitié des gens de la communauté : je me suis senti très soutenu dans mon travail de prêtre. Merci de tout cœur.

 

6ème question du Père Pascal KAPILIMBA : Vous avez édité des poèmes, pouvez-vous, en cette occasion, nous réciter un ?

 Réponse du Père Yves :

              Je vais réciter le poème que j’ai composé à l’occasion des 50 ans de sacerdoce ... (29 juin 2012) et de ma présence au Mali, depuis janvier 1963.

 INTIMITÉ SACERDOTALE

Quand jentendis lappel du Seigneur
J’étais candide comme une colombe,
Le cœur rempli de lumière
Innocent comme un enfant.

Pour qui m as- Tu pris, Seigneur?

« Un peu moindre qu’un Dieu»
Tant de confiance donnée

Au pauvre que je suis.

Tu mas suggéré

D’être pour les hommes de mon temps
Simple témoin de ton Royaume.

Le bonheur du ptre

C’est de vivre dans lintimité de Dieu
Vivre
dans le mystère divin
Cest lEsprit qui nous le donne.

[……….]

Pendant les longues tournées
Des conversations surprenantes
Sur les coutumes

Et la vie des communautés.

[……….]

Les problèmes d’eau

Qui font tant souffrir
Souvent au cœur des
entretiens
Pour trouver une solution
.

Que de joies et de peines

Nous avons portées ensemble
Pour quémerge quelque peu
Un avenir humain meilleur !

Ma vie auprès des autres
Musulmans et animistes
M
ont fait sentir

Que tout homme est aimé de Dieu.

 

La famille humaine est une
Tous nous nous retrouverons
S
elon les projets divins
Au banquet du Royaum
e.

[……….]

« Je te baptise au nom du Père ... »

Être témoin de lengagement de tant de néophytes
Du vieux qui lâche ses fétiches

Dune vie nouvelle, les prémices.

[……….]

« Prenez et mangez.’ Ceci est mon corps Livré pour vous»

Des milliers de fois célébrés,

Pour le bonheur du Seigneur
Et d
es communautés.

[……….]

« Cest Le Christ qui vit en moi»
Je ne suis donc pas loin de sa croix,
Pourtant vivre avec lui

M’a comblé de joie.

Jai tant reçu

Apparemment si peu donné,
Je vis dans l’action de grâce
Pour le reste de mes journées !