Homelie de Monseigneur Georges FONGHORO à l'ordination sacerdotale de l'Abbé Daniel Camille TOGO

HOMELIE D’ORDINATION DU 9 SEPTEMBRE 2012

Excellence, Monsieur le Ministre …. et la Délégation qui l’accompagne,

Excellence, Monsieur le Gouverneur de 5ème région et la délégation qui l’accompagne,

Messieurs les chefs religieux de la communauté protestante, musulmane et traditionnelle et les délégations qui les accompagnent.

Chers délégués des forces de sécurité, des forces militaires et para militaires

Monsieur le Secrétaire général de la CEM

Messieurs les vicaires Généraux des différents diocèses du Mali et d’ailleurs

Révérends Pères, Abbés et Frères, venus des différents diocèses du Mali et d’ailleurs

Révérendes Sœurs,

Chers délégués de l’ORTM, des médias nationaux et des Mass-médias de l’Eglise

Chers parents et proches de l’Abbé Daniel Camille TOGO

Chers Frères et Sœurs,

Chers invités,

 1. Action de grâce à Dieu.

Permettez moi tout d’abord de rendre grâce à Dieu, le Père Tout Puissant,  pour ce jour tant attendu par celui (Abbé Daniel Camille TOGO) l’élu du jour  et par ces parents en humanité et dans la foi présents ou absents dans ce centre d’accueil et de formation du diocèse de Mopti que nos prédécesseurs, les Missionnaires d’Afrique dont  F. Mgr Georges BIARD et le Révérend Père Joseph BECK (présentement en Allemagne) ont construit.

Permettez-moi aussi de rendre grâce à Dieu pour vous tous qui avez accepté de faire le déplacement, jusqu’ici, zone frontière avec la partie  du nord du diocèse occupée par d’autres frères  révoltés qui ont pris des armes contre leurs propres frères et sœurs Maliens.

Permettez-moi aussi de saluer ici, toutes les personnes (qui de loin ou de près), oui toutes les personnes qui prient pour le retour de la paix au Mali.  Je pense particulièrement aux membres du Renouveau Charismatique  en prière intense depuis le mercredi dernier à l’école Technique Saint Joseph de  Sevaré et à ceux qui, depuis des mois, nuit et jour, en ville comme dans la brousse (avec les scorpions et serpents) veillent sur la sécurité des populations et de leurs biens, je veux parler de nos frères et sœurs policiers,  gendarmes,  gardes et militaires. Que Dieu exauce nos prières pour la paix dans nos familles, villages, villes, pays, sous région et dans notre monde entier.

Pour eux et pour notre pays, nous ne cessons de prier afin que le Seigneur nous éclaire et nous aide à nous donner la main pour construire un Mali fort  et prospère.

Frères et sœurs, c’est dans ce contexte de haute marée ou de tourbillon que nous sommes rassemblés ce matin pour dire au Seigneur, comme Saint Pierre, « Sauve-nous » et accepte notre offrande de ce jour, l’offrande de la personne du diacre Daniel Camille TOGO, entouré de sa famille humaine et diocésaine.

 2. La Parole de Dieu qui appelle et qui nous invite à méditer sa parole

« La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux ».

            Il reste tant de personnes à rejoindre, encore et encore !

            Alors Jésus en choisit 72 et les envoie "en avant de lui", pour que personne ne soit oublié dans les villes et villages qu'il va parcourir…

Il les envoie comme des éclaireurs « dans toute ville et tout lieu où lui-même devait aller » (Luc 10,1-2).

Il les envoie sans bourse, ni besace, ni sandale pour annoncer la Paix dans les maisons où ils seront accueillis.

Leur premier mot est don de paix ; « Paix à cette maison, et à tous ses habitants ».

« S'il n'y a pas là un fils ou une fille de paix, votre paix vous reviendra » (Luc 10,6).

Parce que là où rayonne la paix du Christ, les hommes deviennent frères, les armes se taisent, la Foi déplace les montagnes, l'Espérance et l'Amour prennent leur envol.

« Rien par force, tout par amour » (devise de Saint François de Sales).

Ils ne sont pas astreints à un régime alimentaire particulier, comme « sans sucre, sans sel ».

Ils doivent manger et boire ce qu’on leur offrira :

« Mangez et buvez ce qu'on vous servira » (Luc 10,7).

Cela cadre tout à fait avec l'enseignement de l'Evangile qui dit que : « ce n'est pas ce qui entre dans la bouche de l'homme qui le souille, mais ce qui en sort lorsque le cœur n'inspire plus les paroles ». (Mathieu 15,11).

Mais avant tout cela ils doivent prier. Prier le Maître de la moisson.  Car seule la prière peut nous permettre d'entendre l'appel de Dieu et  d'être pleinement engagés à son service.

Les paroles que Jésus adresse à ses disciples avant de les envoyer en mission ne sont donc pas faciles. Elles ne leur cachent pas les défis qui les attendent.

Première difficulté :

Jésus les prévient que la tâche est démesurément grande, trop vaste pour le nombre des ouvriers. La moisson est abondante mais les ouvriers sont peu nombreux.

Bien Cher Daniel Camille, Jésus nous dit et te dit aujourd’hui que nous aurons et que tu auras toujours à travailler dans un environnement où nous (ses disciples) nous nous trouverons en minorité. Il manquera toujours de travailleurs. Très vite la fatigue se fera ressentir. Vivre comme des agneaux au milieu des loups, c’est épuisant. Et puis, vivre au milieu des loups, n’est-ce pas une garantie de vivre perdant dès le départ?

 

Deuxième difficulté :

Les moyens mis à leurs dispositions par l’employeur sont nuls : n’emportez ni argent, ni sac, ni sandales. Comme si cela n’était pas assez déroutant, Jésus ajoute ne vous attardez pas en salutation sur la route. Ne vous faites pas d’amis, allez au large.

 

Troisième difficulté :

Jésus ne donne même pas à ses disciples des garanties de réussite.

Si en chemin on vous reçoit la paix ira sur lui. Mais cela laisse entendre que le refus est possible. Dans ce cas, inutile dit Jésus d’insister. Accepter le refus. Continuer votre chemin en prenant soin de ne même pas emporter la poussière collée à vos pieds, secouez la pour la laisser sur place.

Monsieur l’abbé Daniel Camille TOGO, ce que Jésus a dit hier à ses disciples est actuelle. Comme un chanteur  a eu à dire : « Vive le président aujourd’hui, en bas ou abat le président demain » te sera adressé après la cérémonie et dans les mois et années à venir. Mais reste attaché à celui qui t’a appelé et n’oublie pas comment le Maitre, notre Maitre a terminé sa vie, trompé par un qu’il s’était choisi comme proche collaborateur et qui pour quelques sous l’a vendu proprement. Et puisque c’est un de ses proches qui l’a vendu les autres l’ont acheté pour le pendre sur le bois de la croix en libérant un grand bandit : Barabas.

Quatrième difficulté :

Elle est de taille. Jésus donne un seul mandat sans en préciser le contenu : annoncer que le règne de Dieu est tout proche de vous. Et comme preuve, guérissez les malades.

Daniel Camille, voilà le programme ou « projet programme pastoral » que Jésus nous confie. C’est un  programme (« projet programme ») qui se réduit à sa plus simple expression. Un programme (« projet programme ») qui ne cadre pas très bien avec les critères d’embauche et de l’obligation de résultat de notre société. Un Programme (« projet programme ») qui laisse voir l’obligation de s’effacer pour céder la place au Règne de Dieu.

Daniel Camille, n’oublie pas que  l’ouvrier du Règne de Dieu n’est pas d’abord la personne (toi, moi, lui) qui l’annonce mais Dieu en personne qui est à l’œuvre dans le disciple. Inutile donc de s’encombrer, de se prendre au sérieux. Il vaut mieux de se débarrasser de tout, de se dépouiller pour être à l’écoute de Dieu, de saisir le mouvement de son Esprit.

            Le programme que Jésus nous confie est :

-   De se laisser agir plutôt que d’agir,

-  De se laisser travailler plutôt que de travailler afin de devenir disponible à Celui qui par nous veut agir.

-   De l’écouter pour discerner la manière d’agir

-   De se laisser faire selon sa Parole, de se laisser sculpter comme un bois dans les mains d’un artiste.

Par le petit nombre, Jésus veut nous dire que tout le travail à faire lui revient. Il est le maître de la moisson. Si nous nous laissons façonnés à l’esprit du maître, nous deviendrons capable de guérir tous les esprits mauvais qui parcourent le monde (1 Jn5, 19) comme le font certains membres du renouveau charismatique.

Voici donc le projet programme  pastoral que, dans notre faiblesse, le Seigneur nous confie. C’est un projet programme qui ressemble à celui de l’apôtre Paul sur le chemin de Damas  lui qui, de persécuteur de chrétiens est devenu, malgré ses échardes, l’apôtre des païens. C’est ma faiblesse qui est ma force, ne cesse-t-il de nous le dire. Mais, mon cher, cela n’est évident à vivre pour nous pasteur, qui parfois sommes en recherche d’une renommée.

3. Mais alors, qu’est-ce qu’un prêtre ?

Monsieur l’abbé Daniel Camille TOGO, chers amis et fidèles du Christ, permettez-moi de dire ou de rappeler ce qu’est un prêtre en cette belle circonstance.

1. Un Prêtre =  un homme comme tout Homme.

En lisant la Parole de Dieu dans la Lettre aux Hébreux  5,1-5, nous pouvons affirmer que le prêtre :

« N’est ni un ange ni un demi dieu. Il est bien un homme conçu comme tous les autres avec  ses qualités et ses défauts, capable du meilleur comme du pire. Aucun prêtre n’est conçu sans péché. Cela veut dire que comme tous les hommes, il est appelé à se convertir chaque jour. Appelé à répondre à l’invitation du Maitre : Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle, celle de l’amour ».

Le diacre Daniel que nous entourons aujourd’hui n’est pas un ange. Il est né  d’une mère et d’un père d’une grande famille bien représentée aujourd’hui.

2. Le prêtre = un homme qui Croit / Homme de Foi.

Avant la prise de toute responsabilité de toute charge dans l’Eglise, il est demandé à chaque candidat de proclamer sa foi :

-  sa foi au Dieu Unique Père, Fils et Esprit Saint

- sa foi en Eglise qui est une, sainte, Catholique(Universelle)  et Apostolique(qui procède de la mission des Apôtres)

- sa foi dans les contenus de la Parole Ecrite de Dieu et dans la tradition, dans le Magistère universel et ordinaire.

Le prêtre est donc un homme de foi. Le diacre Daniel est et sera, je l’espère, malgré les difficultés qui rencontrera au cours de son cheminement terrestre, un homme de foi.  Un homme qui croit que rien n’est impossible à Dieu. Un homme qui croit en ce que Jésus a dit : « Je te dis que si tu crois tu verras la gloire de Dieu. »

 3. Le Prêtre=  un homme Disciple/ homme  Formé

            Choisi par Jésus pour demeurer avec lui, le prêtre est un disciple qui se met à l’école du Maitre auprès duquel il doit apprendre à plaire à Dieu. Il doit apprendre que, comme disciple, il n’est pas au dessus du Maitre, il n’est pas plus grand que lui. « Le serviteur n’est pas plus grand que son maitre. S’ils m’ont persécuté, vous aussi, ils vous persécuteront ; s’ils ont gardé ma parole, la votre aussi, ils la garderont. Mais tout cela, ils le feront contre vous à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas celui qui m’a envoyé ». (Jean 15, 20-21). Mais, selon Jésus-lui-même, il peut être comme lui : « Le disciple n’est pas au-dessus du maitre, ni le serviteur au-dessus de son patron. Il suffit pour le disciple qu’il devienne comme son maitre, et  le serviteur comme son patron. Du moment qu’ils ont traité de Belzébul le maitre de maison, que ne diront-ils pas de sa maisonnée ! » (Mt 10, 24-25).

Le prêtre que tu seras Daniel,  doit toujours se laisser former par le Christ, se laisser former à la connaissance de Dieu et à celle de son projet pour sa créature.

4. Le Prêtre= un homme Choisi /  homme établi par Dieu autrement que pour un service passager.

« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis pour que vous alliez et que vous donniez du fruit et que votre fruit demeure » (Jn 15,16).

Hier comme aujourd’hui, le prêtre est un homme choisi et « Nul ne s’arroge cette dignité » nous dit la lettre aux Hébreux 5, 4. Il est un homme comme tout homme capable du meilleur et du pire.

Choisi, il est  un ami de Jésus et non seulement serviteur. « Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs,… mais je vous appelle amis, parce que tout ce que j’ai entendu de mon père, je vous l’ai fait connaitre » (Jn 15, 14-15).

Un ami, un vrai ami ne trahit pas. Il partage les joies et les peines de celui ou de celle qu’il tient dans son cœur. Il sait partager les joies et les peines, accepter d’être félicité et d’être corrigé à temps et à contre temps. Choisi par amour il doit répondre à l’amour du Christ par un amour de plus en plus parfait, en prenant conscience  que celui qui l’a appelé à le suivre est Amour.

Touché par la parole de Saint Paul aux Romains (Cha. 12,12), tu nous invites à être joyeux dans l’espérance, patient dans la détresse, persévérants dans la prière.

Cher Daniel, avec toi et pour toi, nous prions afin que tu puisses  vivre cette parole qui t’a marquée. Tu dois non seulement l’enseigner mais surtout la vivre avec tes frères et sœurs

5-    Le Prêtre = un homme qui cherche à rester fidèle à son engagement officiel.

Il doit chercher à rester fidèle à son serment de fidélité, malgré la conscience de sa faiblesse, en vivant en communion avec l’Eglise Catholique, en accomplissant avec diligence et fidélité les taches qui lui auront été confiées, en évitant toutes les doctrines contraires, en suivant la discipline commune à toute l’Eglise, en observant les lois ecclésiastiques et en rendant un service fidèle aux évêques diocésains afin que l’action apostolique soit remplie en toute communion avec elle.

Le diacre Daniel Camille TOGO ici présent qui va être ordonné prêtre dira devant nous tous sa volonté de rester fidèle à son engagement. Mais chers Frères, sachez que le malin n’est pas et ne sera pas contents de son engagement à la suite du Christ. Il est certainement présent dans l’assemblée tout en ne portant pas l’habit de noce et que Dieu seul peut nous aider à reconnaitre, à  lier et  à le mettre dehors ou hors d’état de nuire.

6. Le Prêtre = un homme de Prière, engagé avec toute sa personne dans la supplication et dans le sacrifice.

« Sans moi (hors de moi) vous ne pouvez rien faire » (Jn 15,5). C’est dire que pour être prêtre, il faut s’appuyer sur celui qui appelle.

« Priez pour ne pas succomber à la tentation » (Mt 26,41). « Priez sans cesse » (Lc 18,1-8).

Le prêtre doit chaque jour être un familier de celui dont il est le témoin, de son Maitre. Les activités sont si nombreuses que nous pouvons ne pas avoir le temps de prier, de nous recueillir, de nous retrouver seul à seul devant le Maitre présent  dans le Saint Sacrement, dans l’Eucharistie,  présent dans la Parole de Dieu proclamée. Face aux occupations et préoccupations quotidiennes, la prière individuelle (bréviaire, oraison, chapelet) ou la prière collective(Eucharistie) avec l’équipe apostolique devient une charge, tout  simplement comme un appendice dans la vie.

Le prêtre doit avoir un peu de temps pour Dieu. Puisses-tu avoir du temps pour le seigneur et pour les autres.

7. Le prêtre=  un homme Témoin

Témoin de l’amour de Dieu. Témoin de ce que Dieu est, a fait et fait pour lui chaque jour.

C’est par sa vie que le prêtre est témoin de ce qu’il enseigne. En effet.

-  Voir un prêtre prier invite à prier

- Voir un prêtre célébrer avec foi les sacrements et sacramentaux, suscite de belles vocations presbytérales.

- Voir un prêtre vivre ce qu’il annonce est un critère de crédibilité du message dont il est porteur.

C’est ce que l’Eglise dit à toutes les personnes qui acceptent de remplir une telle fonction dans l’Eglise en lui remettant les vases sacrés :

« Reçois l’offrande du peuple saint pour la présentation à Dieu. Prends conscience de ce que tu feras- vis ce que tu accompliras et conforme-toi au mystère de la croix du Christ ».

Cher Daniel Camille, il te faudra aimer Celui qui t’aime et qui t’a choisi comme collaborateur.

8. Le Prêtre=  un homme Envoyé pour Témoigner.

Un homme choisi  parmi tant d’autres et envoyé. Il n’est pas choisi pour ses beaux yeux. Il est choisi pour être envoyé en mission, pour être envoyé à d’autres hommes comme ce fut  le cas pour les prophètes, pour Jean-Baptiste, pour Jésus, pour les Apôtres, pour les missionnaires d’Afrique qui nous apportés la Bonne Nouvelle, pour nous prêtres diocésains aujourd’hui.

Aucun ne se choisit lui-même et aucun ne s’envoie en mission. On est toujours appelé, choisi et envoyé selon les besoins et chacun doit fleurir là où il a été semé.

La mission, notre mission dans l’église a toujours été, est et sera la même : « convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle » et la Bonne Nouvelle, celle de l’amour.

Cette annonce doit se faire non seulement par la bouche, mais surtout par le témoignage quotidien.  N’oublions jamais ce que Jésus à dit au sujet des scribes et des pharisiens, je cite : « Faites et observez tout ce qu’ils pourront vous dire ; mais ne vous régler pas sur leurs actes : car ils disent et ne font pas. Ils lient de pesants fardeaux et les imposent aux épaules des gens, mais eux-mêmes se refusent à les remuer du doigt » (Mt 23, 2-4).

Que Dieu nous vienne en aide ! Que la Vierge marie soit modèle de notre mission quotidienne !

Bon et fructueux ministère dans l’église et dans la société.

Annonces Mopti

Pas d'annonces