Le mardi 4 décembre 2018, les agents pastoraux de l'archidiocèse de Bamako se sont retrouvés autour de leur archevêque pour donner une orientation à l'année pastorale qui a commencé depuis le mois de septembre. Ils sont plus d'une soixantaine à faire le déplacement: prêtres, religieux et religieuses, laïcs.

La journée a commencé avec la prière des laudes. Le vicaire général a ensuite donné le programme des trois jours de rencontre. Il a ensuite informé du thème sur lequel les journées vont être consacrées. Après la présentation de tous ceux qui ont fait le déplacement, le vicaire général a donné la parole à l'archevêque pour introduire les journées. Abbé Jean Marie Traoré a informé que la journée sera consacré au thème du synode: jeunes, foi et discernement vocationel.

Le cardinal dans un premier temps souhaité la bienvenue à tous les agents pastoraux et particulièrement ceux qui participent pour la première fois à une telle rencontre. il a ensuite souligné que nous sommes dans une église communion fraternelle au service de l'évangile de la miséricorde. "Tout ce que nous allons vivre et faire durant ces journées sera marqué par la force de l'Esprit Saint. que l'Esprit Saint nous aide à répondre aux multiples crises que traverse notre pays. Ne banalisons pas la crise, mais que nous puissions tracer un avenir meilleur pour notre jeunesse.

Ordination sacerdotale de 6 nouveaux prêtres!

Ils étaient six jeunes ce matin 25 novembre 2018, solennité du Christ Roi de l'Univers, à recevoir le sacrement de l'ordre. La cérémonie s'est déroulée au Palais des sports de Bamako sous la présidence de son éminence Jean cardinal ZERBO, archevêque de Bamako. c'était en présence d'une cinquantaine de prêtres et des milliers de fidèles venus des différentes paroisses, et des diocèses du Mali  aussi des pays limitrophes.i

La cérémonie a commencé à 09H par une procession soutenue par la musique et les chants de la chorale paroissiale des Saints martyrs de l'Ouganda. Après la liturgie de la parole et l'appel des candidats l'archevêque a dans son homélie exhorté les candidats à être des bons athlètes de Dieu, puisque l'ordination se passe dans une salle de sport. Il leur a prodigué quelques conseils en s'inspirant de la fête du Christ Roi. "Aujourd'hui ces jeunes sont portés par la foule, ils portent de jolies chasubles, cela ne fera pas d'eux des princes, ne nous trompons pas, sachez que vous êtes des serviteurs à l'exemple du Christ. Que celui qui veut être grand soit le serviteur de tous" Il a invité les jeunes prêtres à enseigner à temps et à contre temps dans un monde où les valeurs évangéliques sont bafouées. Prêcher à temps et à contre temps dans un Mali qui traverse une période difficile avec un tissu social profondément déchiré. Comment recoudre cela? comment réconcilier le tissu social déchiqueté?

Cet évènement se passe en une année où l'église s'intéresse à la jeunesse et aussi l'année des 130 ans de l'évangélisation du Mali.   Les jeunes prêtres sont invités à soutenir la jeunesse et à évangéliser avec les nouvelles technologies de l'information et de la communication. Ils ne doivent pas s'enfermer dans les bureau ni sur leur téléphone portable, mais aller à la rencontre des personnes à convertir et à sauver. User des réseaux sociaux  non pas pour se pervertir mais évangéliser la jeunesse.

A la fin de la cérémonie le provincial de la société des missionnaires d'Afrique a remercié l'archevêque d'avoir accepté d'ordonner leur candidat Philippe DAKONO. il a ensuite informé l'assemblée de l'affectation du Père Philippe en Algérie. l'intervention du provincial des Pères Blancs s'est terminée par le chant Sancta Maria des membres de la société des missionnaires d'Afrique, autour de Philippe.

La cérémonie s'est achevée aux environs de 13h30 dans une atmosphère de joie et d'action de grâce.

La deuxième édition des semaines sociales de l'église catholique du Mali a clos ses portes hier soir,30 novembre 2017.

La 1ere édition a eu lieu il y a 3 ans, c'était le 28 Novembre 2014; Cette année c'est à la même date que la 2° édition a ouvert ses portes au centre catholique de Nyamana en presence de son éminence le cardinal Jean ZERBO, de l'évêque de San, president de la commission du laïcat, du representant du ministère de la reconciliation, d'une dizaine de protestants, des representants de la communauté musulmane, d'une delegation venue de la Guinée Conakry et des fidèles catholiques venus des 6 diocèses du Mali.

  

Cette semaine sociale était organisée par le Mouvement des cadres et responsables Chretiens (MCRC). Le MCRC est un mouvement d'action catholique affilié au mouvement international d'apostolat des Milieux Sociaux indépendants dont le siège est au Vatican, avec statut consultatif aux Nations Unies.La devise du mouvment est: "la force de notre engagement est notre foi en Jesus Christ" et la règle de Vie est:"Nous avons reçu gratuitement, donner gratuitement" .

Le thème de cette deuxième édition portait sur la famille: Place et rôle de la famille chretienne dans le processus de paix de réconciliation en cours au Mali à la lumière de l'exhortation apostolique post-synodale "Amoris Laetitia" du pape françois!  Famille chretienne, apporte ta pierre à l'édifice de construction d'un Mali uni, en paix et reconcilié.

               130 Ans de l'Eglise du Mali

L'Eglise catholique au Mali a célébré ses 130 d'évangélisation. c'était à l'occasion du 47° pélerinage national aux pieds de notre Dame de Kita, diocèse de Kayes. Depuis 1966 les évêques du Mali ont initié ce pelerinage à Kita pour la simple raison que les premiers missionnaires s'y sont installés et des lors ont faconné une statut de la vierge Marie avec la terre du terroir.

Ce 47° pelerinage national a été aussi l'occasion pour le vatican de marquer l'évènement par la présence de son sécretaire d'état le cardinal Pietro Parolin.

Il a été accueilli à l'aéroport Modibo Keita de Senou, le 16 novembre 2018 par son homologue malien Boubeiye MAIGA.

C'est à 18 heures le même jour qu'il sera reçu par son excellence Ibrahim Boubacar KEITA au palais de Koulouba.

Le samedi 17 Novembre, il sera accueilli par la communauté chretienne dans le sanctuaire marial de Kita.

Le dimanche 26 novembre , jour du pelerinage national, plusieurs fidèles avaient fait le deplacement. Des milliers de fidèles étaient presents à la veillée sur la colline, mais le plein a été constaté ce dimanche matin. En effet ceux qui n'avaient pas pu se deplacer le samedi pour plusieurs raisons ont rejoint le sanctuaire marial de Kita où une messe solennelle presidée par le cardinal devrait commencer à 9h.

c'est à 8h30 que la procession est partie du presbytère jusqu'au sanctuaire marial. C'est à 9h precise que la messe a commencé. Comme la veille les autorités administratives, politiques et militaires de la region et de la ville étaient presentes avec à leur tête le ministre des affaires religieuses et et du culte. On notait aussi la resence de l'ancien ministre Moussa Mara.

Après la sulutation du cardinal, l'abbé Samuel a introduit la ceremonie en ces termes:Le present pelerinage se tient dans un contexte national marqué par l'insecurité et les recentes attaques qui ont endeuillée toute la nation. Au noml de l'Eglise ffamille de Dieu, nous réitérons aux familles meurtries et endeuillées notre compassion, nos sincères condoléances et l'assurance de notre peière fervente. Avec Marie , mère de nos familles, soyons source de vie, d'amour, de verité, de justice et de Paix. Comment gueérir les coeurs blessés et meurtris et ouvrir la voie au pardon, à la cohésion sociale? que faire pour éviter la violence familiale, la vengeance, les attaques multidimensionnelles sur le territoire national? Ce sont là des interrogations qui appellent tous les maliens à se surpasser pour qu'adviennent l'unité national, la tolérance, la réconciliation, le dialogue et la paix.

Le cardinal dans son homelie a déploré la situation d'insécurité et d'intolerance dans laquelle notre pays a sombré. s'appuyant sur les textes de la salennité du Christ Roi, l'archévêque de Bamako a invité les fidèles et tou sles maleins de bonne volonté à oeuvrer pour la paix, la justice et la reconciliation.

A la fin de la messe le ministre des affaires religieuses et du culte a exprimé sa joie d'être present au pelerinage et a démandé aux fidèles chretiens de prier pour la paix et la securité au Mali. Le president de la republique compte beaucoup sur les catholiques du Mali pour un pays reconcillié et appaisé.

La messe a pris fin aux environs de midi mais le pelerinage s'est terminé avec le salut au saint sacrement à 15H.